L’AMIG met gratuitement à disposition de ses membres un studio lors des piquets, lorsque le logement habituel ne permet pas de vous déplacer sur le lieu du travail dans les délais fixés par la hiérarchie.

Parmi les membres de l’ASMAC, la demande pour le travail à temps partiel est en augmentation. Malheureusement, il n’y a pas encore suffisamment de postes à temps partiel dans les hôpitaux.

L’expérience le montre : quand il s’agit d’approuver des postes à temps partiel, la décision dépend souvent de l’attitude des supérieurs hiérarchiques. C’est sur ce point que se focalise ce projet de l’ASMAC. Dans un premier temps, une septantaine de médecins-chef(fe)s dans des hôpitaux en Suisse alémanique et Suisse romande ont été contactés pour connaître leur point de vue. Dans un deuxième temps, des interviews ont été réalisées avec des directions de services, des responsables RH et des médecins pour approfondir le sujet.

Il en découle que trois facteurs sont déterminants pour augmenter l’offre de postes de travail à temps partiel dans les hôpitaux : la culture, la structure et l’organisation. L’ASMAC met à disposition des aides concrètes dans ces trois domaines. Elles ont été élaborées avec nos trois partenaires, la Clinique de médecine du Centre hospitalier de Bienne, le Centre interdisciplinaire des urgences de l’Hôpital cantonal de Baden et le Département de chirurgie de l’Hôpital cantonal de Winterthur.

Le Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes (BFEG) a soutenu ce projet avec des aides financières selon la loi fédérale sur l’égalité entre femmes et hommes.

Les modèles de travail flexibles requièrent des réglementations claires et conformes à la loi. De plus, il faut davantage de planification, de flexibilité et de communication. En effet, le travail à temps partiel ne peut pas être réalisé partout de la même manière et tous les besoins ne peuvent pas être répertoriés systématiquement.

C’est ainsi que l’ASMAC a édité un « guide pour la promotion du travail à temps partiel des médecins » qui résume les bases et les conditions cadres importantes dans ce contexte, ainsi que les détails dont il faut tenir compte.

 

Dans ce petit guide sont abordés les points tels que le processus de recrutement, les conditions liées à l’engagement et aux contrats, toute la planification à prévoir ou revoir des services en théorie et en pratique, la parentalité, la formation médicale postgraduée

Après une introduction qui rappelle l’importance d’un temps partiel, la culture du leadership est mise en avant, puisqu’avec la communication, ils jouent un rôle important dans la promotion du travail à temps partiel. Il s’agit d’éviter les stigmatisations négatives liées au temps partiel comme le manque de motivation ou d’ambition.

Tout commence par le recrutement avec la mise en place de modalités par le service du personnel et la hiérarchie. Dès qu’un poste est vacant, il conviendrait de réfléchir à la possibilité de le diviser. Également lors de l’établissement d’offres d’emploi, il s’agit de mettre en avant les avantages d’un temps partiel, tels qu’une conciliation harmonieuse entre vie professionnelle et vie privée.

Parallèlement il convient de mettre en place une réglementation claire que ce soit dans le contrat ou dans le règlement du personnel. Bien entendu il existe divers types de temps partiel : des jours définis, des semaines définies, demi-jour ou journées complètes.

Il est important de rappeler que les employés sont assurés contre la perte de gain à court, moyen et long terme par le biais de la loi sur le travail et des régimes nationaux d’assurance légale. Le maintien du salaire en cas de maladie ou d’accident est basé sur le salaire effectif moyen des douze derniers mois. Des ajustements des conditions d’assurances sociales sont donc importantes.

 

Sur le terrain il est important d’anticiper la planification des services qui est une obligation légale, tout comme le respect de la durée réglementaire de travail.

Il s’agit d’abord de procéder à une analyse différenciée des capacités en personnel requises, puis de planifier des durées de travail effectives, bien entendu sans inclure les pauses ni les jours fériés.

Un respect équitable des services est à prévoir, incluant également les services moins attrayants.

Idéalement le calendrier de planification avec l’équivalence des services sera connu suffisamment à l’avance et les collaborateurs devront être correctement informés.

Ce guide prend pour exemple la mise en œuvre concrète de la planification des services avec différents collaborateurs à temps partiels à l’Hôpital de l’Ile de Berne.

 

La deuxième partie de ce document est consacré à la parentalité, à commencer par les congés de maternité et de paternité.

Il est relevé l’importance d’aborder ces questions en amont de la naissance (resp l’adoption), afin de pouvoir tenir compte au mieux des préoccupations du collaborateur, dans le respect du cadre juridique protecteur et des réglementations internes relatifs à la grossesse/maternité/paternité.

Après la naissance, le lien doit être maintenu avec les collaborateurs en congé. Après la reprise du travail des conditions claires encadrent l’allaitement, le travail de nuit et les heures supplémentaires, les congés de soins en cas d’urgence (souvent méconnus par les parents).

A aucun moment il ne faudra perdre de vue la planification de carrière/formation post graduée et continue, car les collaborateurs qui travaillent à temps partiel et qui ont des personnes à charge ont besoin d’un soutien ciblé.

 

Pour terminer son guide, l’ASMAC met le point sur la formation médicale post graduée qui nécessite des heures fixes par semaine de travail. Pour les collaborateurs à temps partiel, la formation post graduée doit être prise en compte proportionnellement qu’il s’agisse de formation interne ou externe.

 

Vous pouvez retrouver ce guide et plus d’informations sur le site internet de l’ASMAC

https://vsao.ch/fr/profession-medicale-famille/promotion-du-travail-a-temps-partiel/

 

Informations de l’ASMAC en date du 17 mars 2021 :

Ils s’appellent Fabrice Juchler et André Juillerat: nos deux nouveaux membres qui siègent dans des organes importants.

Fabrice Juchler (à droite) est médecin-assistant au Centre hospitalier Bienne et représente l’ASMAC dans les organes tarifaires de la FMH.

André Juillerat, spécialiste en médecine interne de Genève, défend nos intérêts dans la Commission de la formation postgraduée de la SSMIG.

Les coordinateurs de la cellule COVID-19 du Service du Médecin Cantonal vous informent qu’il y a des postes vacants pour des médecins internes et CDC au sein de la cellule COVID-10.

N’hésitez pas à les contacter via la Dre Aliki METSINI, cheffe Secteur Maladies Transmissibles,Médecine interne générale FMH | Infectiologie FMH
aliki.metsini@etat.ge.ch

L’assemblée générale 2019-2020 de l’AMIG aura enfin lieu le mardi 30 mars 2021 à 20h00. En raison des restrictions sanitaires, elle aura lieu en visioconférence via Zoom.

Afin d’obtenir le lien pour rejoindre l’AG, contactez-nous en écrivant à AG2021@amig.ch  (avec votre nom et adresse email ASMAC).

Nous espérons vous voir nombreux en vidéo !

L’ordre du jour sera le suivant :

  1. Election des scrutateurs
  2. Approbation :
    a) de l’ordre du jour
    b) du procès-verbal de l’assemblée générale ordinaire du 21.11.2019 (https://amig.ch/association/rapports-activites/)
    c) du rapport d’activités du Comité
  3. Comptes :
    a) présentation des comptes et lecture du rapport des vérificateurs des comptes
    b) décharge du Comité
    c) approbation des comptes
  4. Elections :
    a) de la Présidence
    b) des membres du Comité
    c) des vérificateurs des comptes
  5. Gestion de l’année à venir:
    a) fixation des cotisations annuelles des membres
    b) approbation du budget
  6. Divers.

Nous vous espérons nombreux !
Dans cette attente, nous vous adressons, chers membres, nos salutations les meilleures.

                                                                                  Votre Comité

Les HUG octroient habituellement 5 jours de formation à leurs employés. En raison du Covid et de l’annulation des formations, de nombreux médecins n’ont pas pu utiliser le pool de jour de formation pour l’année 2020.

L’AMIG a obtenu, après discussion avec la Direction des Ressources Humaines (DRH) et la Direction Médicale (DM) que les jours de formations non-suivis de 2020 soient reportés en 2021, sans que le droit aux jours de formations de 2021 ne soit impacté.

Les médecins concernés sont invité à s’adresser directement auprès de leur hiérarchie à cet effet.

Nous restons comme toujours à disposition en cas de litige.

ReMed Suisse, Réseau d’aide pour médecins en difficultés continue son offre de soutien pendant l’actuelle vague du Covid-19
et les fêtes de fin d’année

Vous exercez à l’hôpital ou en cabinet et vous subissez de plein fouet la crise du coronavirus, tant sur le plan physique que psychique ?

Votre lourde charge de travail vous met-elle sous pression ? Craignez-vous pour votre propre sécurité, pour votre propre santé ou pour celle de vos patients ? Des problèmes d’équilibre financiers où juridiques vous préoccupent ? (…)

Deux heures d’entretien sont gratuites et se font par téléphone, Skype etc. Ce temps est financé par la FMH, ; mais il va de soi que le secret médical est garanti.

Vous pouvez aussi prendre contact directement 24 h sur 24 au :

0800 0 73633
0800 0 ReMed
Ou remed@hin.ch

Informations complémentaires sur le site www.swiss-remed.ch

(pour plus d’informations : https://remed.fmh.ch/fr/)

Les HUG ont envoyé un courriel aux collaborateurs (vendredi 27.11.2020) pour les remercier de leur engagement. Les informations qui ont été annoncées sont les suivantes :

Congé supplémentaire

3 jours de congés supplémentaires, au prorata temporis, à prendre jusqu’à fin 2021, ceci en remerciement des efforts majeurs consentis durant cette crise. N’hésitez pas à les planifier avec votre hiérarchie.

Payement des heures supplémentaires

La possibilité du payement des heures supplémentaires (HS, soit les heures effectuées entre la durée contractuelle de travail et les 50 heures hebdomadaires maximum autorisées par la LTr), à 150% pour les collaborateurs ayant effectué plus de 60 HS durant l’année 2020, et pour les classes de fonction jusqu’à la classe 22.

Dans les faits, pour les médecins, ceci ne peut donc s’appliquer que pour les médecins internes et chefs de clinique sans FMH, engagés à temps partiel. En effet, les médecins internes et chefs de clinique sans FMH à 100% ont un temps de travail hebdomadaire contractuel de 50 heures et ne peuvent donc pas cumuler d’HS. En revanche, ils doivent bénéficier de la compensation des heures de travail supplémentaire (HTS, soit les heures de travail effectuées au-delà de 50 heures hebdomadaires).

Indemnisation supplémentaire pour CDC avec FMH

Pour les chefs de clinique avec FMH, une indemnisation supplémentaire est en cours de discussion. Dans ce contexte, si votre chef de service vous a identifié comme ayant effectué 200 HS au minimum durant l’année 2020, un courriel intitulé “RH | Recueil des heures supplémentaires exceptionnelles” vous a été adressé le lundi 30.11.2020. Etant donné que l’enregistrement institutionnel du temps de travail n’est pas fiable, remplir ce questionnaire permettra aux RH de déterminer chez qui et comment seront rétribuées les heures dans ce cas de figure.

Si vous n’avez pas reçu ce courriel, cela veut dire que votre responsable hiérarchique ne vous a pas identifié comme ayant effectué ce minimum de 200 HS. Si vous estimez qu’il s’agit d’une erreur, contactez-nous.

Pour plus d’informations

Un résumé de la signification de la durée de travail, des heures supplémentaires et des heures de travail supplémentaire est disponible dans notre article paru cette année. Cliquez ici pour y accéder.

Pour les médecins qui ont été, ou sont mobilisés, dans une autre spécialité, la règle édictée par l’ISFM est la suivante : « Tout changement imprévu lié à la pandémie portant sur une période inférieure ou égale à 3 mois est saisi dans le logbook électronique de manière identique à ce qui était prévu initialement dans le contrat de travail/de formation ». C’est-à-dire que pour 3 mois ou moins en unité COVID, l’ISFM valide quand même une année de spécialité dans la catégorie prévue. Au-delà de 3 mois mobilisé dans une autre spécialité, la Commission des titres évalue au cas par cas.

Pour les personnes qui devaient obtenir prochainement leur titre de spécialiste mais pour lesquels en raison du COVID il leur manque un cours/congrès obligatoire, la Commission des titres peut reconnaître des cours équivalents ou renoncer au justificatif en question sous certaines conditions. La marche à suivre et le détail par spécialité se trouvent sur le site de l’ISFM.

Retrouvez toutes les informations détaillées sur le site de l’ISFM.

Contactez-nous si vous avez des questions !

Que ce soit durant la première ou la deuxième vague, un certain nombre de médecins ont été upgradés à une fonction supérieure (souvent comme chef de clinique) durant la période Covid.
Ce changement de statut doit également s’accompagner d’un changement de salaire, sous la forme d’une indemnité correspondante à la différence de salaire entre la nouvelle fonction et la fonction initiale. Malheureusement, des oublis ou des erreurs ont été constatées. Et certains médecins à temps partiel qui ont accepté d’augmenter leur pourcentage n’ont pas été payés !

Ce qu’il faut faire

Si vous avez bénéficié d’un changement de statut lié au Covid :

  • Contrôlez vos fiches de salaires des mois correspondants : assurez-vous que vous avez bien bénéficié de cette indemnité.
  • Si vous avez reçu une indemnité : assurez-vous qu’elle corresponde à vos droits (calculé selon votre titre de spécialité FMH, classe 22 CDC sans FMH, classe 24 CDC avec FMH) et qu’elle corresponde bien à la durée effective du changement de statut.
  • Si vous n’avez rien reçu ou que vous constatez une erreur : contactez votre responsable des ressources humaines (RHH) pour obtenir des informations et des modifications.

En cas de conflit ou d’incompréhension, contactez-nous.

 

Changement de fonction ≠ promotion

Ce changement d’affectation est temporaire : il ne s’agit pas d’une promotion. Bien que vous ayez du recevoir l’indemnité compensatoire, les conditions de travail restent celles de votre contrat et des directives associées telles que décrites dans le Règlement des Services Médicaux (RSM) en terme de durée contractuelle de travail (50h hebdomadaires), droit aux vacances, etc…

 

Inscription correcte des heures de travail : un fichier Excel pour vous aider

Cependant, les heures effectivement travaillées doivent être rentrée dans vision RH. Assurez-vous que tel est bien le cas et utiliser un fichier des horaires Excel (téléchargeable ici) pour vous aider dans ce travail.
N’hésitez pas à transmettre ce fichier rempli par vos soins à votre gestionnaire des horaires s’il devait être en inadéquation avec les informations disponibles dans vision RH.

De plus, pour les CDC avec FMH, une indemnité annuelle doit vous être versée si vous avez réalisé plus de 100 heures de travail supplémentaire durant l’année 2020 (qui correspondent aux heures travaillées entre 40h et 50h, soit la différence entre votre contrat de travail de 40h et la limite légale de 50h hebdomadaires). Regardez notre page concernant vos droits pour plus de précisions.