Les Genevois se prononceront fin novembre sur l’initiative « Pour un meilleur contrôle de l’expérimentation animale ». Évènement rare, les HUG et l’Université de Genève ont organisé une conférence de presse ce matin pour expliquer les risques d’une telle initiative sur la recherche scientifique.

L’initiative veut faciliter les oppositions aux expérimentations menées sur des animaux, en permettant un recours individuel à chacun des membres de la commission cantonale déjà existante. Une commission composée de chercheurs et de représentants des associations de défense des animaux. 

(suivre le reportage de Léman Bleu)

Payer pour des soins qui figurent sur la facturation mais non prodigués. comment cela est-ce possible? Une auditrice témoigne. Un autre témoignage atteste quant à lui d’un montant de 2’500 CHF, facturé pour un bébé en pleine forme, sous prétexte que cela répond à un autre système de codage… pourquoi une telle somme et comment réagir en cas de contestation?

Un sujet de Sophie Proust réunissant Gilles Antoine Hofstetter, avocat conseil auprès de l’Association Suisse des Assurés (ASSUAS) et de l’Organisation Suisse des Patients (OSP), Christophe Kaempf, porte- parole de Santé Suisse, Brigitte Rorive Feytmans, directrice des finances aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) et Nadja Froidevaux, auditrice et patiente vigilante.

(à regarder sur RTS Info)

A l’heure des ruptures de stocks mondiaux de médicaments, reportage dans le service de pharmacie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), l’une des plus grandes pharmacies du pays, qui fabrique ses propres remèdes et en achète pour un montant de 80 millions par année.

Des rayonnages, du sol au plafond. Dans les couloirs, 2000 m2 de locaux, un chassé-croisé de trottinettes, de vélos et de voiturettes. Des emballages, des pastilles, des pilules, des sprays, des solutions, des perfusions, des solides, des liquides.

(lire la suite dans l’Illustré)

Des doutes pèsent quant à la neutralité des experts qui ont blanchi la doctoresse des HUG dans les affaires de garde d’enfants. Le conseiller d’Etat Mauro Poggia pourrait recommencer le processus à zéro

La sérénité n’aura duré que quelques jours. A peine l’experte psychiatre des Hôpitaux universitaires genevois (HUG) blanchie par un audit, voilà que les hostilités reprennent. Cette fois, c’est la neutralité des experts qui est en cause.

(lire la suite sur le Temps.ch)

Une retraitée septuagénaire se bat pour faire reconnaître un bracelet sur lequel elle demande à ne pas être secourue en cas d’arrêt cardiorespiratoire.

Jo l’a écrit noir sur blanc: si elle devait faire un arrêt cardiorespiratoire, elle ne veut pas être réanimée. Mais pour cette septuagénaire, les directives anticipées (DA) qu’elle a rédigées en pleine conscience ne sont pas suffisantes.

(lire la suite sur la Tribune de Genève)

A l’occasion de l’ouverture d’un espace de ressourcement interreligieux aux Hôpitaux universitaires de Genève, « Faut pas croire » interroge la place de la spiritualité dans la prise en charge globale des patients et l’évolution du rôle des aumôniers.

Reportage de Murielle Landry suivi d’une discussion avec Etienne Rochat, responsable de la plateforme Médecine, spiritualité, soins et société, Jacques Besson, prof. hon. de psychiatrie UNIL et Rachel Wicht, aumônier catholique aux HUG.

(à suivre sur RTS Info)

La Commission de finances a voté un crédit pour rattraper le gel de l’annuité 2016. Bien obligée puisque la justice avait tranché.

La Commission des finances du Grand Conseil a accepté mercredi, à l’unanimité moins trois abstentions, un crédit supplémentaire de 233,5 millions de francs. Cette somme servira à «rembourser» aux fonctionnaires l’annuité 2016 – et ses conséquences sur les années suivantes – qui avait été illégalement gelée par le Conseil d’Etat.

(lire la suite sur la Tribune de Genève)

Les hôpitaux du pays sont en colère contre Novartis. Le groupe pharmaceutique bâlois a décidé de leur supprimer les rabais sur les médicaments.

La récente décision de Novartis de supprimer les rabais accordés aux hôpitaux helvétiques sur ses médicaments provoque une levée de boucliers de ces derniers.

(lire la suite sur la Tribune de Genève)

L’institution hospitalière a édicté une nouvelle charte destinée à ses collaborateurs. Les points focaux sont la bienveillance vis-à-vis des patients et entre collègues.

” La direction du CHUV souhaite mobiliser l’attention de ses collaborateurs sur l’importance de la relation dans les soins vis-à-vis des patients et de leurs proches, ainsi que sur l’importance d’un comportement bienveillant entre collègues.»

(lire la suite sur 20minutes.ch)

Dans un communiqué, le Syndicat des services publics dénonce le partenariat public-privé HUG-Hirslanden à propos d’un projet de centre de chirurgie ambulatoire.

L’annonce du projet de centre de chirurgie ambulatoire par les HUG et le groupe de cliniques privées Hirslanden, mercredi, inquiète le Syndicat des services publics (SSP). En février 2018, le SSP rappelle qu’il dénonçait déjà ce projet dans un tract distribué au personnel, argumentant que «derrière l’intitulé PPP ne se cachait rien de moins qu’une privatisation d’une partie des blocs opératoires des HUG».

(lire la suite sur la Tribune de Genève)