Une foule de questions se pose sur les rapports entre patrons et employés et sur le versement des salaires. Deux avocats répondent.

Des employés en quarantaine, d’autres au chômage technique et des entreprises qui réduisent leur activité. La pandémie déploie ses effets dans le monde du travail. Pour les employés comme pour les patrons, des questions délicates vont se poser, liées notamment au versement des salaires en cas d’absence.

(lire la suite sur la Tribune de Genève)

La Commission de finances a voté un crédit pour rattraper le gel de l’annuité 2016. Bien obligée puisque la justice avait tranché.

La Commission des finances du Grand Conseil a accepté mercredi, à l’unanimité moins trois abstentions, un crédit supplémentaire de 233,5 millions de francs. Cette somme servira à «rembourser» aux fonctionnaires l’annuité 2016 – et ses conséquences sur les années suivantes – qui avait été illégalement gelée par le Conseil d’Etat.

(lire la suite sur la Tribune de Genève)

Des règles assurent que les praticiens étrangers maîtrisent la langue. Mais elles touchent aussi ceux formés en Suisse.

Ulrich Nägeli, médecin alémanique à la retraite, voulait donner un coup de main temporaire à un collègue tessinois.

(lire la suite sur la Tribune de Genève)

Le Contrôle cantonal des finances va enquêter pour savoir si des cadres gagnent plus de 550’000 francs. Une idée critiquée

 

Y a-t-il des médecins-cadres qui touchent plus de 550’000 francs par an dans les cliniques et hôpitaux vaudois? Le Conseil d’État veut le savoir et il a mandaté le Contrôle cantonal des finances (CCF) pour enquêter ces prochains mois.

“lire la suite sur le journal Tribune de Genève”

 

Selon la justice, l’Hôpital a failli à sa mission de formation et d’encadrement dans un contexte de sous-effectif.

Fait rare dans le milieu médical:

Lire la suite sur https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/jeune-medecin-licencie-geneve-hug-condamnes/story/30120387

Le Tribunal des prud'hommes a estimé que les HUG, qui font appel du jugement, ont agi avec «une certaine désinvolture.»

À quoi ressemble la journée d’un jeune médecin? Elle dure en moyenne 11,6 heures, au lieu des 10 prévues par la loi. L’ordinateur l’accapare trois fois plus de temps (5,2 heures) que ses patients (1,7 heure) avec qui il passe, en moyenne, 14,6 minutes par jour. Ce constat découle d’une étude

Lire la suite sur

https://www.tdg.ch/savoirs/sante/delivrer-medecinde-paperasse/story/27770338

Santé : Le Conseil fédéral suit Alain Berset: il y a lieu d’agir pour réguler le nombre de médecins autorisés à pratiquer.

Un serpent de mer de la politique sanitaire resurgit à la veille de la pause estivale. Faut-il réguler l’admission de nouveaux médecins en Suisse, et si oui comment? Alain Berset a convaincu le Conseil fédéral d’agir. Le gouvernement préconise des mesures à trois niveaux, poursuivant deux buts: élever les exigences de qualité imposées aux médecins autorisés à pratiquer et maîtriser les coûts.

La médecine ambulatoire est dans le viseur. Chaque nouveau spécialiste installé coûte 500 000 francs en moyenne à l’assurance-maladie obligatoire, a calculé Santésuisse. La libre circulation des personnes a favorisé la venue d’un grand nombre de médecins étrangers dans notre pays.

La suite sur TDG

Santé La direction ne remplacerait pas certains départs à la retraite. Les syndicats s’alarment.

Après les plans Victoria en 2007 et Performance en 2012, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) se préparent à de nouvelles mesures d’économie d’envergure. L’institution, dont le budget atteint 1,863 milliard de francs, pourrait perdre plus de 35 millions de francs en 2018.

«Il s’agit d’hypothèses de travail. Rien n’est définitif», avance le directeur, tout en prévenant que «les budgets des années à venir seront difficiles, et pas seulement en 2018. Nous entrons dans une phase critique.»

La réforme Tarmed

Un scénario assez précis se dégage. «Si elle est appliquée comme prévu, la réforme des tarifs médicaux induira une perte de recettes de 20 millions, calcule Bertrand Levrat (lire ci-contre).

 

La suite sur TDG

La bataille sur le nouveau tarif des prestations médicales ambulatoires se poursuit. H+, l’organisation faîtière des hôpitaux suisses, a proposé ses propres solutions lundi pour résoudre la crise (lire l’encadré). Interview de sa présidente, la conseillère nationale Isabelle Moret, (PLR/VD).

 

Lire la suite sur TDG.ch

 

 

A la tête des HUG, Bertrand Levrat estime que l’Hôpital doit tout faire alors que Gilles Rufenacht, président des cliniques, plaide pour une spécialisation.

Lire la suite sur La Tribune de Genève >>