Le gréviste de la faim s’est senti mal ce lundi sur la place des Nations. Viré des HUG, il a été embarqué par la police.

Vidéo hallucinante. Devant l’entrée principale de l’Hôpital cantonal de Genève, quatre agents de sécurité tentent à la fois d’immobiliser un homme qui se débat et de repousser un autre venu à sa rescousse, tout en éloignant un troisième qui filme la scène. Soudain, tout s’accélère.

(lire la suite sur la Tribune de Genève)

D’ici 2021, plus de septante collaborateurs de l’hôpital des enfants auront été formés à l’hypnose clinique.

Les HUG forment actuellement l’ensemble du personnel soignant de pédiatrie à la communication thérapeutique, et plusieurs dizaines à l’hypnose clinique.

(lire la suite sur 20minutes.ch)

En matière de santé, les femmes et les hommes ne sont pas logés à la même enseigne. Encore de nos jours, la médecine occidentale est conçue pour traiter un seul type de patient: lʹhomme blanc dʹune quarantaine d’années.

On en parle avec Antoinette Pechère-Bertschi, responsable du Centre dʹhypertension des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), interrogée par Sarah Dirren.

(à écouter sur la RTS info)

L’AMIG, en partenariat avec MedFem, vous invite vendredi à témoigner votre soutien, par ces quelques actions, en fonction de votre souhait individuel :

  • Informez-vous. Discutez. La sensibilisation est la première arme contre l’ignorance. Prenez le temps de discuter avec vos collègues, vos conjoint.e.s, vos parent.e.s. Ouvrez la parole et essayez de comprendre cette problématique. Ecoutez les autres et ensemble tachez d’élaborer des pistes d’amélioration.
  • Renseignez-vous sur votre lieu de travail, il y a probablement dans votre service une personne référente qui organisera quelque chose.
  • Vous avez le droit d’afficher votre soutien : portez le badge de la grève, un message inclusif, ou un signe élaboré par votre service sur vos habits de travail. La couleur fuchsia sera l’emblème de la grève.
  • Un documentaire choisi par la direction générale sera diffusé à l’auditoire Marcel Jenny, deux séances sont prévue pendant vos horaires de travail : 12h30 et 14h30, vous pouvez vous organiser pour y assister.
  • 15h24 : heure à laquelle les femmes ne sont plus rémunérées en Suisse par rapport aux hommes à travail égal : faites 2 minutes de silence (dans la mesure du possible, hors contexte d’urgence vitale).
  • Si vous souhaitez faire partie de la marche, Organisez-vous* pour vous libérer de votre travail et rejoindre la grève:

16h00 : RDV à la rotonde ; ensemble partons en direction des Bastions à 16h15.

Des badges seront distribués à ce moment là

17h00 : marche au départ des bastions.

Egalité de traitement et égalité des chances: pour les femmes médecins aussi, elles ne sont toujours pas évidentes. C’est pourquoi l’ASMAC soutient les revendications de la grève des femmes du 14 juin 2019 avec son propre badge. Celui-ci est distribué dans les cliniques et les hôpitaux. Plusieurs sections rendent par ailleurs attentif aux problèmes et revendications par leurs propres actions.

(plus d’informations sur le site de l’ASMAC)

Pour aider les jeunes patients à supporter des soins souvent très lourds, les HUG font appel à des androïdes interactifs. Une première suisse.

Avec leur robe de métal multicolore et leurs circuits intégrés, Billy et Hoppy parcourent depuis une semaine les chambres du service des soins intensifs pédiatriques des HUG.

(lire la suite sur 20minutes.ch)

Le programme de la grève des femmes à Genève a été dévoilé. De nombreux collectifs organisent des événements avant la marche commune.

 

Le vendredi 14 juin 2019, de 7h30 à 17h, le CTS vous invite à venir donner votre sang à l’occasion de la Journée mondiale des donneurs de sang.

Pour vous remercier de votre don, le glacier PUROgelato sera présent sur place pour vous faire déguster des glaces artisanales.

N’oubliez pas que donner votre sang c’est sauver des vies!

(Vous trouverez plus d’informations sur la journée mondiale sur le site de l’OMS)

Les HUG et l’Université ont développé un outil pour contourner la barrière linguistique.

C’est un peu gênant lorsque le médecin veut demander à la patiente allophone la date de ses dernières règles et que Google Translate traduit «règles menstruelles» par «la règle graduée»…

(lire la suite sur la Tribune de Genève)