La plaisanterie a des limites quand il s’agit de violer la loi, pourrait-on penser. Hélas, le récent sondage que
l’asmac a réalisé auprès de ses membres démontre le contraire. Près de deux tiers des médecins-assistant(
e)s et chef(fe)s de clinique rapportent des violations de la loi sur le travail et le nombre des
violations de la durée de travail contractuelle est encore plus élevé. De plus en plus de médecins et patients
en subissent les conséquences.

Malheureusement pas toujours deux sans trois. C’est ce que prouve malheureusement le grand sondage auprès
des membres que l’Institut DemoSCOPE a réalisé au premier trimestre 2020 pour la troisième fois sur mandat de
l’ASMAC.

(retrouvez ici les résultats du sondage)