Des doutes pèsent quant à la neutralité des experts qui ont blanchi la doctoresse des HUG dans les affaires de garde d’enfants. Le conseiller d’Etat Mauro Poggia pourrait recommencer le processus à zéro

La sérénité n’aura duré que quelques jours. A peine l’experte psychiatre des Hôpitaux universitaires genevois (HUG) blanchie par un audit, voilà que les hostilités reprennent. Cette fois, c’est la neutralité des experts qui est en cause.

(lire la suite sur le Temps.ch)

Un arrêt du Tribunal administratif fédéral rendu en début d’année remet en cause la planification sanitaire de l’Etat genevois. La place des HUG devrait être remise en question, estime le PDC Bertrand Buchs, qui interpelle le conseiller d’Etat Mauro Poggia

La planification sanitaire genevoise était un long fleuve tranquille. L’Etat pilotait en faisant attention à ne pas défavoriser son navire amiral, les HUG, en interprétant très librement la doxa fédérale.

(lire la suite sur le Temps)

Au nom d’un service surchargé, le syndicat SSP a lancé des mesures de lutte qu’il dit «bien suivies» pour obtenir 20 postes supplémentaires

Le climat social se durcit aux urgences pédiatriques des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

(lire la suite sur le Temps)

Le médecin genevois a actualisé son livre de synthèse sur «La santé en Suisse», une publication dans laquelle il ne s’engage pas. Il n’en a pas moins des convictions profondes sur la nécessité de réformer le système

(lire la suite sur Le Temps)

Jeudi, une commission du Conseil national va auditionner le conseiller d’Etat Mauro Poggia sur la clause du besoin. Fort de l’expérience genevoise, il va plaider pour une loi qui accorde aux cantons le pouvoir de réguler l’installation de nouveaux cabinets médicaux

(lire la suite sur le journal Le Temps)

Dans le débat sur les coûts de la santé, les médecins et les cliniques privées sont critiqués. Directeur général de la Clinique de La Source, à Lausanne, Dimitri Djordjèvic affirme que le libre choix de l’hôpital par les patients permettrait au contraire de faire des économies

>>lire la suite sur le Temps.ch

En médecine, comme dans de nombreux autres secteurs de la société, nous pouvons, face à l’évolution informatique, adopter deux positions diamétralement opposées. Première option, se dire que l’informatique n’est que complications, et qu’un médecin compétent et des patients suffisent à des soins de qualité. La deuxième option, qui me parait plus séduisante,  est de penser que l’informatique pourrait aider les professionnels de la santé à travailler mieux, plus efficacement. Et donc aux patients d’être mieux ….

 

Lire la suite sur Le Temps >>

Le Conseil fédéral mise sur une économie de 700 millions de francs suisses par an dans le cadre de la révision de Tarmed.

Lire la suite sur Le Temps >> 

Selon une étude du Büro Vatter et de l’Institut gfs.bern, 80 médecins cessent prématurément d’exercer leur activité chaque année en Suisse.

Les conditions de travail sont mises en cause.

 

Lire la suite sur Le Temps >>