Berne veut revoir les exigences en termes de sécurité des places d’atterrissage des grands hôpitaux pour les hélicoptères. La facture s’annonce salée.

Berne veut améliorer la sécurité des places d’atterrissage des hôpitaux. Il a en effet lancé à l’automne dernier une consultation sur le décollage et l’atterrissage des hélicoptères en dehors des aérodromes. Selon l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC), plusieurs places ne remplissent pas entièrement les exigences de l’Organisation de l’aviation civile internationale.

(lire la suite sur Le Matin)

 

Alors qu’il était réservé jusqu’à présent aux employés des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), le parking H-Cluse sera ouvert au public dès vendredi. L’ouvrage souterrain, situé entre les urgences et la nouvelle maternité, offre 503 places sur deux niveaux.

(lire la suite sur bluewin.ch)

La planification hospitalière du canton de Genève va à l’encontre du droit fédéral, estime dans un arrêt publié mercredi le Tribunal administratif fédéral (TAF).

(lire la suite sur swissinfo)

Nous l’avions déjà fait remarquer l’an passé alors qu’elles étaient « à l’agonie », photos à l’appui, les deux statues réalisées sur des troncs de vieux marronniers encore enracinés dans le parc de l’hôpital Beau-Séjour, ont finalement « trépassé » plus vite que prévu, faute de soins appropriés.

(lire la suite sur signegeneve.ch)

Grâce à ce regroupement, les deux grands centres hospitaliers du bassin lémanique pourront réaliser des économies d’échelle sur leurs achats auprès des fournisseurs de l’ordre de 2,4 millions de francs par année.

(lire la suite sur swissinfo.ch)

Si les conditions de travail sont mauvaises, c’est parce que la loi sur le travail (LTr) n’est pas adaptée aux hôpitaux. Ce refrain est parfois érigé comme une vérité, mais qu’en est-il vraiment ? S’il est vrai que la LTr peut occasionnellement se révéler problématique dans le milieu médical, il est difficile de l’accuser des mauvaises conditions de travail sachant qu’elle est encore loin d’être respectée aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) : lissage du temps de travail sur deux semaines, horaires de nuit de plus de 14 heures, inadéquation entre les heures planifiées et les heures enregistrées dans le système de rémunération, etc… L’AMIG n’est pas la seule à le relever puisque l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail (OCIRT), lors de son inspection des HUG en juin 2015, a également constaté de nombreuses infractions et enjoint les HUG à les corriger.

Lire la suite sur le site de l’AMG >>