Les HUG utilisent depuis cet été l’interface Watson for Genomics, un moteur de recherche se basant sur des données génétiques de tumeurs.

L’intelligence artificielle se fait sa place dans le traitement des cancers aux HUG. Depuis cet été, l’institution genevoise utilise un puissant moteur de recherche qui passe en revue les publications scientifiques sur la base des données génétiques de chaque tumeur.

(lire la suite sur 20 minutes)