«Pour effectuer une prise de sang à un enfant, il faut deux personnes, raconte Brigitte Rorive Feytmans, directrice des finances aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Or ce geste est rétribué de la même façon que s’il est effectué sur un adulte et avec un seul soignant.»

(lire la suite sur the world news)