Une étude de Harvard montre que les patients suivis par des femmes meurent moins. Sans doute parce qu’elles leur consacrent davantage de temps.

Lire la suite sur La Tribune de Genève >>